RPG dédié à Bleach
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)

Aller en bas 
AuteurMessage
Oyama Sagara
Newbies
Qui attend d'être validé

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)   Dim 4 Oct - 13:26

Nom : Oyama

Prénom : Sagara

Age : physique : 25 ans. Mental : 45

Genre(shinigami, humain, hollow, ...) : Shinigami

Description Physique :

Tout d'abord Sagara du haut de son son mètre quatre-vingt donne souvent l'air de regarder les gens de haut (c'est le cas de le dire) mais il n'en est rien, ce n'est qu'une impression donnée par sa prestance. En effet l'uniforme des shinigamis lui va comme un gant, toutes les coupes arrivent aux endroits prévu à cet effet avec une précision incroyable, les manches s'arrêtent pil poil aux coudes, ce n'est qu'un exemple.Contrairement à beaucoup qui s'attendent à un homme baraqué et large d'épaule, il n'en est rien. Sagara pourrait être qualifié d'élancé car en faisant 1 mètre 80 de haut et à peine quarante centimètre d'un bout de l'épaule on est tous sauf une brute épaisse capable de soulever trois fois son poids.

Si tout le visages est l'endroit où tout les sentiments de la personne sont sensés s'exprimer d'une façon ou d'une autre ce n'est pas le cas de Sagara qui reste toujours de marbre devant n'importe quelle situation. Quelques rares personnes de la gente féminine se sont vues accordés le privilège de voir Sagara sourire ou encore se voir adressé un regard charmeur, mais aucune n'en a eu plus qu'un seul. Quant aux traits, ils sont fins et raffinés pour ne pas dire efféminé. Si l'on ajoute à cela la longue chevelure de jais descendant jusque dans le bas du dos et que l'on omettait de préciser que cette chevelure d'un noir profond et charmeur est coiffée en queue de cheval...Alors oui l'on pourrait dire que c'est une femme. Un autre détails vient aussi se rajouter, la fine mèche passant juste devant la pupille de son œil droit couleur lavande (violet).

Quelque chose vient d'ailleurs renforcé le coté efféminé, la démarche de Sagara qui passe d'un pied à l'autre. Ce balancement perpétuel est à la limite du déhanchement qu'effectue toute femme en marchant. Mais qu'est-ce qui peut bien l'avoir amené à une telle démarche ? la réponse à cette question est simple : l'entraînement. C'est un exercice régulier et variant en permanence qui l'a amené à se déplacer ainsi tout comme à ce que chacun de ses gestes soient mesuré au mini mètre près. Un autre de ses tiques est que, lorsqu'il se retourne, il pivote sur un pied, mouvement gracieux et souple tout en conservant équilibre et rapidité faisant tournoyé pendant un instant sa queue de cheval.

Quant au corps de Sagara, que personne n'a réellement vu tant il est pudique. De nombreuses rumeurs portent à croire que ses muscles seraient seyants ne présenteraient pas le moindre excédant de peau et donc par extension de graisse. Il serait si athlétique qu'il aurait ce que l'on appelle "la ceinture d'Apollon" une dépression au niveau de la taille due à la compacticité des muscles. Bien entendu ce ne serait que des rumeurs et personnes à ce jour n'a jamais eu la réponse


Description Morale :

Sagara dont le visage semble sceller à jamais dans cette expression sérieuse et concentrée, est un fait quelqu'un aux sentiments complexe et à l'esprit aussi profond que rusé. Cependant aussi rusé et intelligent soit-il, il est incroyablement fier, ce qui l'amène à ne montré aucun sentiment et, pas même les sous-entendre de quelque façon que ce soit.

Tout d'abord c'est quelqu'un s'imposant une discipline de fer car, selon lui, celui qui se laisse aller à tout ses souhaits n'est rien d'autres qu'un adolescent, allant même jusqu'à renier ses ressentiments. Si la discipline c'est très bien, l'endroit où ça coince c'est que s'il est exigeant avec lui-même, il l'est aussi avec les autres. Les critiques acérée qui en découlent rendent toute relation avec Sagara difficilement supportable à tel point que les gens le considère comme quelqu'un d'arrogant se croyant meilleur que tous. S'ils savaient...

Ensuite, c'est quelqu'un qui comprend beaucoup et très vite en d'autres termes, il est très intelligent c'est d'ailleurs ce qui l'a amené à choisir d'être shinigami après sa mort. Car, s'il ne peut venir en aide aux gens comme ils le souhaitait, il leur viendrait en aide grâce au sabre, à ses pouvoirs de dieu de la mort pour protéger toute âme et toute vie menacée dans un conflit qu'elle n'ont pas choisi. C'est aussi son potentiel cognitif qui l'a amené à renforcer son corps au point actuel car, aussi intelligent que l'on soit et quelque soit les maîtrises des différentes disciplines des shinigamis l'on aura toujours besoin, à un moment ou à un autre, de se servir de ses muscles, intelligemment certes, mais des muscles tout de même.

Après, nous arrivons à la ruse, mais qu'y-a-t-il de différent entre l'intelligence et la ruse ? Si je vous dis que l'on peut remplacer la ruse par l'intuition et la duperie, vous me suivez ? Alors vous l'aurez compris, Sagara use de son intuition inconsciemment, l'on pourrait aussi l'appeler feeling, et ce dans bien des domaines parfois opposé qu'il s'agisse de philosophie, de mathématique jusque dans les sport de combat tel que le judo ou l'haïkido aujourd'hui elle lui sert à réagir comme il se doit face à une attaque en particulier lorsqu'il n'a pas le temps de réfléchir sur comment et où attaquer.

Afin d'approfondir sachez qu'une des valeurs les plus prisées par Sagara est la justice. Il est incapable de supporter une injustice, c'est en plus l'une des rares choses qui peut l'amener à dévoiler son ressenti comme s'il s'agissait d'une bombe à retardement de vingt kilos tonnes de TNT. Ne soyez pas l'instigateur de cette injustice ou vous ferez fasse à un Sagara en furie qui ne reculera devant rien même bafoué toutes les autres valeurs pour vous abattre et vous empêchez de nuire une bonne fois pour toutes. Vous l'aurez compris, Sagara peut accepter voir tolérer beaucoup de choses, mais ça, il ne le peut pas.

Et, pour parachever tout cela, la complexité des sentiments de Sagara vienne du fait qu'il analyse toutes les situations sous tous les angles, celui qui est blessé, celui qui a blessé ou encore en tant que simple observateur. Il lui faut parfois plusieurs heures pour arriver à un bilan concis, complet,précis et fiable, les personnes attentives qui l'observeront durant ces moments pourront remarquer des tics tel que se frotter les mains l'une contre l'autre ou encore s'en aller se promener seul dans les rares bois présent à la Soul Society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyama Sagara
Newbies
Qui attend d'être validé

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)   Dim 4 Oct - 13:51

Histoire :


[Chapitre 1 : l'insouciance]



Oyama Sagara, 25 ans, élève prodige, entame aujourd'hui sa deuxième année en économat dans le but d'obtenir son second diplôme. Je sais ce que vous pensez : Mais qu'est-ce qui peut bien l'avoir amener à vouloir un second diplôme me direz-vous ? C'est très simple, Sagara veut avoir un niveau de vie moyen comme tout le monde mais assez d'argent pour en faire profiter tout le monde. Un bien noble but que cela mais un homme peut-il aller contre sa propre nature qui est de conservé pouvoir et argent lorsqu'il en a ? La réponse est oui, c'est possible, mais tout le monde n'en est pas capable, seul une poignée arrive à se surpasser, à dépasser leur nature elle-même. Et encore plus exceptionnel sont ceux qui n'en deviennent pas fou.

C'est donc avec une volonté d'acier trempé des hommes qui ont fixé leurs objectif que Sagara se dirige vers l'université, près à en découdre avec ses propres professeurs si ces derniers venaient à montrer le moindre signe d'irrespect et ce, qu'importe le ou les personnes visées et les risques encourus.

Cette décision fut bien vite mise à l'épreuve car le premier cours n'était autre que la philosophie, matière idéale pour un esprit ayant soif de réflexion, et...Comble de malchance leur professeur se résumait parfaitement avec des mots tel qu'arrogant ou encore fanatique convaincu. Et, pour couronner le tout son discours sur la question : " Est-ce la société qui modèle l'homme ?"

Au départ Sagara se contenta de fixé le professeur droit dans les yeux avec un regard noir comme vous n'en auriez jamais vu, on aurait dis qu'il allait le tuer pour ses propos outrancieux. Mais non, il restait là assis tranquillement, soutenant le regard du professeur sans ciller. Le professeur au début ignora l'impudent et les autres élèves remarquèrent le duel qui se formait, aussitôt toute discussion s'arrêta.

Lorsque Sagara fut certains d'avoir l'attention de tous il se leva, lentement afin de faire monter la tension. Tous observaient à tour de rôle instructeur et élève se demandant qui aurait le cran de débuter les hostilités. En à peine quelques seconde l'atmosphère était devenue électrique tout deux se jaugeant, réfléchissant aux éventuels arguments de leur opposant et de la façon dont ils pourraient les retourner contre lui. Ce fut Sagara qui entra dans la danse tout en descendant lentement mais surement, regardant tout l'auditoire et s'exprimant d'une voix forte et débordant de confiance en soi.


- " Si je traduis vos dires, vous considérez que c'est la société qui modèle l'homme, mais vous dites aussi que nous sommes tous libre de nous contrôlés. N'y-a-t-il pas là une belle contradiction, d'un coté nous sommes des pantins de la société et d'un autre nous sommes libres de toute frontières.

Ou alors votre notion de la liberté est-elle différente de la norme ? Ne serait-elle pas : " Nous sommes libres dans notre prison" ? Je m'explique. Nous sommes emprisonné par les influences des gens dans un certain nombre de carcan et ce, malgré nous. Cependant même dans ce cas-là nous sommes libres de choisir l'une ou l'autre voie. Cela arrive que des gens qui connaissent très bien quelqu'un le voient réagir à contrario de ce qu'ils pensaient.

Pour moi la société est création de l'homme ce n'est donc rien d'autres que des hommes qui en influencent d'autres à travers un outil complexe. A partir de ce moment la question de la société ne se pose mais est à reformuler : " L'homme est-il un loup pour l'homme ?" Et malheureusement la réponse est : Oui.

Oui, parce que nous sommes en compétition et que seuls les meilleurs seront acceptés ! Oui parce que nous sommes dans un monde du chacun pour soi ! Oui parce que nous n'écoutons plus nos cœurs..."


Tout le monde attendait une réponse cinglante de la pars de l'instructeur qui, de toute évidence, bouillonnait de fureur mais ne répondit même pas, il se contenta de désigné la porte d'un geste désinvolte, le message était clair : Il était renvoyé du cours sans autre forme de procès, un abus de pouvoir plus qu'évident...Chose à ne JAMAIS faire avec Sousuke Sagara. Ce dernier ne se démonta pas et ne bougea pas d'un centimètre, il se contenta de rajouter.


- " Faute d'arguments valables vous me renvoyez de votre cours. Je vous remercie de me donner raison oh grand instructeur usant de ses capacités de perroquet bien dressé. Je vous remercie également de nous prouver à tous la stupidité de vos propos, ne vous déplaise d'être remis à votre place. Aussi haut soit votre fierté elle n'est basée que sur votre poste, élément dérisoire ne prouvant absolument rien. Bonne journée. "

Et Sagara sortit du local, d'un air triomphant. Il avait beau avoir été expulsé du cours, c'est lui et lui seul qui avait remporté le duel ridicule entre une autorité abusive et condescendante. Le professeur pouvait réagir de deux façons : la première et la plus probable, il continuera de donner son cours de la même façon et même pire allant sans doute jusqu'à se venger de l'affront sur les autres élèves ce que Sagara ne laisserait pas faire même s'il devait en arriver aux mains. Quant à la deuxième, très improbable certes mais tout de même du domaine du possible, serait que le professeur se remettrait en question vis à vis de sa propre philosophie et peut-être Sagara aura-t-il une discussion véritable avec cet esprit égaré.






[Chapitre 2 : De vie à trépas]


Cependant, un élément avait échappé à Sagara. Trop sur de lui, il avait fait un bilan rapide et s'était jeté dans la gueule du loup sans même réfléchir à un moyen d'en sortir. En effet, si la majorité des gens auraient réagi comme il l'avait prévu, l'instructeur était quelqu'un qui sortait de la norme...Quelqu'un qu'il n'était pas bon de froissé. Certaines personnes fière et sans le moindre scrupule sont capable de vouloir laver l'affront dans le sang. Vous l'aurez compris...L'instructeur faisait parti de ces personnes prédisposées aux meurtres.

Mais la vengeance est un plat qui se mange froid ou tiède à la rigueur et l'instructeur l'avait très bien compris. Aussi à la surprise général changea-t-il diamétralement de point de vue par la suite et de comportement envers ses élèves allant jusqu'à leur demander leur avis. Sagara qui avait pensé à cette possibilité n'en croyait ni ses yeux, ni ses oreilles. Bien sur il essaya de décode la moindre parole, ou sens plus approfondi allant dans l'ancien sens du professeur mais non...Rien n'indiquait que le professeur s'était fait une façade. Il laissa même Sagara expliquer toute une philosophie selon son point de vue ce qui mit certains élèves aux bords de l'arrêt cardiaque tant c'était étonnant.

Le jour fatidique arriva deux semaines plus tard. Sagara s'était rendu dans les bois à proximité afin d'y chercher calme et sérénité. L'air y était frais et pur, les oiseaux dansaient et chantaient dans un virvoltement qui ne semblait jamais devoir s'arrêter, même les arbres et les feuilles semblaient entrer dans la danse. Toujours aussi envouté par tant d'harmonie que dégagea la nature, et cette sensation d'équilibre tout y était parfait du plus grand des arbres au plus minuscule des insecte c'était...La perfection, cette chose que l'homme avait toujours voulu atteindre par lui-même en rejetant la nature, mère de toutes choses. Oui, c'est dans cet endroit si anodins aux yeux des uns mais si féerique à ses yeux que Sagara s'endormit heureux de pouvoir se reposer en ce lieu, loin de tout être "civilisé". Ce qu'il ignorait c'est que cette forêt allait le recouvrir de son plus beau linceul à jamais...

Lorsque Sagara se réveilla, il eut l'impression que sa perception des choses avait changé comme si un déclic s'était fait pendant sa sieste. Pourtant il perçut rien de plus, ne fut ni plus ni plus enchanté qu'a son habitude par le chant des bois mais quelque chose était différent, il en était sur et certain. Alors il regarda partout autour de lui mais rien n'avait changé C'est alors qu'il fit un geste stupide certes mais révélateur de sa condition. Il se regarda...et lorsqu'il vit la chaine et son socle ancré dans sa poitrine il crut qu'il allait tourner de l'œil. Lorsqu'il tenta de l'arracher il ressentit une douleur tout droit venue des enfers, la chaîne faisait maintenant partie intégrante de son corps...Mais que diable pouvait-il se passer ? Aussi fit-il le tour de l'endroit et lorsqu'il se retourna...il se vit adossé à l'arbre et gorgé tranchée le tout figé dans une posé irréel. Comment cela pouvait-il être possible ? Il était pourtant bien vivant, il en était certain mais la chaîne, le subtil changement, la légèreté de son enveloppe charnelle tout cela était signe d'un évènement.

La vérité était évidente mais Sagara se refusait à l'admettre : Il n'avait pas pu être assassiné, qu'avait-il fait de par le passé qui méritait un tel acte ? C'est alors que Sagara comprit, l'instructeur...Oui, ça ne pouvait être que lui, il n'avait sans doute pas pu supporter d'avoir été humilié devant plus de deux cents personnes par un élève. Tout ces concessions admises de façon ultra-rapide par un grand diplômé de philosophie n'avait été que ruse et il s'était laissé berné au point d'en oublier les discours dénigrant de ce dernier. Malgré le manque flagrant d'incompréhension de Sagara, il devait l'admettre...Il était mort assassiné et comble de l'ironie, dans son milieu favori, la forêt.

C'est machinalement et lentement qu'il entreprit de mettre un pied devant l'autre, il était brisé. Toutes ces années à se forger son propre avis, à mettre en place des projets, à se battre contre les abus ...Tout avait été détruit, balayé par une seule et même personne capable de tuer pour un affront. Il n'était plus rien, juste un déchet, un reste, une illusion d'esprit. Et, même lorsqu'une créature hideuse haut de trois mètre d'une peau allant du bleu marine au noir le plus profond, il se contenta de continuer tout droit de son pas lent et las. Il voulait disparaître, sa faiblesse, son manque de discernement lui avait tout pris aussi se laissa-t-il faire lorsqu'il fut attrapé sans ménagement et amené devant la gueule du monstre, espèce de masque d'ivoire à travers lesquels deux yeux rouge sang dégageant une aura de sadisme intense.

La monstruosité ouvra sa gueule à s'en décrocher la mâchoire et s'en allait porter Sagara à l'intérieure dans le but évident d'en faire son plat de résistance. Cependant un élément inattendu vint se rajouter à l'équation : un jeune homme, sans doute âgé d'environs 19 ans à vue de nez, habillé d'un kimono noir aux bordures blanches et surtout armé d'un katana, l'arme utilisé par les samurais, ces fiers guerriers qui excellaient tant dans la rhétorique que le maniement des armes, se trouvait à environ une dizaine de mètre, bien trop loin pour intervenir. Et pourtant, ce jeune homme disparu de la vue de Sagara, réaparu à droite de la monstruosité par terre, ce déplacement n'avait duré qu'une fraction de seconde et, l'instant suivant, le bras de l'être sembla se dissocier de son corps. Ce jeune homme venait de parcourir dix mètres, d'exécuter un saut de trois mètres de haut, de couper le bras de la créature en un seul coup et ce en moins d'une seule seconde...Il devait avoir la berlue, c'était tout bonnement impossible, Cela défiait les lois de la physique. La suite fut tout aussi étonnante, le jeune homme tendit le bras gauche vers le la torse du monstre, paume ouverte.


- " Hado n°4 : Byakurai !"

Et, croyez-le ou non, mais un éclair jaillit de sa paume et s'en alla transpercé l'aberration qui s'effondra sur le sol. Cependant le jeune ne s'arrêta pas en si bon chemin et, d'un coup de katana bien senti dans la tête il acheva l'être qui ne tarda pas à se décomposer en millier de particule avant de se fondre totalement dans l'air. Bien entendu la suite fut pour Sagara le moment de reprendre ses esprits.


- " Hey, je peux savoir pourquoi tu n'as même pas essayer de te défendre !? "

- " ho laisse moi, je ne suis qu'un bon à rien, pourquoi m'as-tu sauvé ?"

Le jeune donna un coup de poing monumental à la figure de Sagara qui s'effondra par terre tant le choc avait été violent. Il fut ensuite soulever comme un ballot de paille.


- " Tu es vraiment pitoyable, non seulement tu tes laissé berné mais en plus tu n'essaies même pas de défendre ton âme, la partie la plus profonde et la plus précieuse de ton être. Tu me répugnes ! "

Malgré son état de faiblesse, la soif de connaissance et de maîtrise de Sagara l'obligea à poser les questions qui s'imposèrent.

- " Qui es-tu ? Qu'es-tu en réalité ? Je ne comprends rien à ce qui m'arrive...Et je prefererais être mort tout simplement."

Le jeune homme lâcha Sagara et pointa son katana sur sa gorge avant de s'exprimer d'un ton dur, ferme et autoritaire.


- " Écoute moi bien jeune imbécile car je ne me répéterai pas. Je suis un shinigami, un dieu de la mort, et je parcours le monde des humains pour sauver vos âmes des hollows en vous envoyant à la Soul Society en attendant d'être réincarné. Ce monstre que tu as vu était l'un d'entre eux. C'est maintenant que ce qui pourrait t'intéresser commence.

Toutes les âmes ont un potentiel de Réatsu plus communément appelé l'énergie spirituelle. Les shinigamis ne "naissent" pas shinigami mais sont formés dans une académie où toute âme peut s'inscrire...Je vois que tu commences à comprendre. Et, pour reprendre ton raisonnement : Oui, toi qui a failli à tes objectifs, oui toi qui tes laissé berner et encore oui toi qui tes laissé dériver tu peux encore faire bénéficier de tes compétences. Cela ne sera certes plus jamais la même chose, tu devras laisser toutes tes connaissances derrière toi. Tu appartiens à un autre monde dorénavant...Alors, te crois-tu capable de remonter la pente que tu as toi-même créé ?"


Sagara avait bu les paroles du jeune homme qui montrait une maturité qui dépassait largement ceux de son âge étais-ce un génie ? Quoiqu'il en soit notre homme brisé rassembla ses derniers morceaux de volonté pour affronté une nouvelle et dernière fois la dure réalité. Le shinigami s'approcha et frappa du pommeau de son épée sur le front de Sagara, la sensation qui s'en suivit fut indescriptible. Tout d'abord un symbole brillant apparut sur son front et, juste avant d'être transporté à la Soul Society les contours d'un cercle se formèrent autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyama Sagara
Newbies
Qui attend d'être validé

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)   Dim 4 Oct - 13:57

[Chapître 3 : Tout à apprendre.]




Sagara en se relevant avait répondu à la main que lui avait tendu le dieu de la mort. S'il ne pouvait pas réparer les erreurs du passé il aurait moins la fierté d'en tirer enseignement. Ses projets de son vivant avaient été anéanti certes mais il faisait maintenant partie intégrante d'un autre monde, celui des morts. Ici il ne se contenterait pas de maintenir l'équilibre du monde vivant et des morts qui est déjà une bien noble mission mais également de sauver des vies sans chercher éloge, des actes désintéressé dans le but de se racheter à lui-même. C'était une façon pour lui de se dire qu'il pouvait encore être utile, qu'il pouvait encore prouvé que sa philosophie était sur la voie de la vérité, sur la voie et non pas "la bonne", jamais Sagara n'aurait eu l'audace de penser qu'il détenait la vérité absolue.

Une fois arrivé en ces lieux où l'architecture moyenâgeuse et japonaise étaient omniprésente, il ne fallut guère longtemps à Sagara pour apprendre qu'il se trouvait dans le Rukongai, sorte de faubourg où toutes les âmes "moyenne" se rassemblaient et entourant le Seireitei, cœur de la Soul Society et zone réservée aux shinigamis ainsi qu'aux familles nobles. Jusque-là rien de bien compliqué mais si l'on ajoute toute les sous-endroits et leurs sous-sous endroit il y a de quoi en perdre son latin : le Rukongai est divisé en quatre partie majeur correspondant respectivement aux branches principales de la rosace : le nord, le sud, l'est et l'ouest. Ces mêmes secteurs sont divisé en différent quartier selon des critères divers et varié allant de l'excentricité des habitants à la couleur des toits. Le Seïreitei est par contre bien plus systématique, les divisions ont chacun leur quartier et leur rôles respectif tout est sur-organisé à tel point que l'on pourrait aller jusqu'à dire qu'on a posé tel dalle la parce qu'elle allait bien avec celle d'à coté. L'académie dont avait parlé le shinigami ne fut pas bien plus difficile à découvrir, elle se trouvait en dehors du Seïreitei ce qui en donnait libre accès à tous comme l'avait expliqué le dieu de la mort.

La battisse plus qu'imposante se démarquait de tous les autres bâtiments aussi bien de par sa taille que de par la qualité des matériaux, le bois par exemple était du cerisier, un bois noble, aisément reconnaissable à sa couleur brun sombre parsemé çà et là par des variations subtile d'intensité. Sagara y entra et fut bien vite stoppé par une shinigami qui semblait être la secrétaire ou quelque chose du genre. Elle toisa Sagara qui soutint ce regard sans même ciller, ensuite elle annonça tout sec.


- " Écoute mon beau, c'est pas un maniéré tel que toi qui pourra être shinigami, en plus je ne sens aucun potentiel de réatsu en toi. "

- " Et puis-je savoir pourquoi il me serait interdit d'essayer ? Jusqu'à preuve du contraire tout le monde peut tenter sa chance et je compte bien faire parti de ceux qui y arriveront. "

- " Si tu tiens tant à te ridiculiser, je t'en prie...Ton nom et ton prénom s'il te plaît ?"

- " Oyama Sagara."

- " Attends ici quelques instant je vais demander à ce qu'on teste ton potentiel. "

La jeune femme qui se comportait de façon plus que condescendante n'effrayait absolument pas Sagara qui avait déjà compris que cette shinigami n'appréciait pas du tout son poste. Elle revint quelques instants plus tard et lui indiqua la porte par laquelle elle venait de revenir.


- " L'examinateur t'attend, tu vas devoir lui montré tout ton potentiel, en plus tu as mal choisi ton jour...C'est Ansem qui examine aujourd'hui et c'est le plus stricte d'entre eux..."

Sagara n'avait que faire de la fausse compassion de la déesse de la mort. Il avancerait vers ses nouveaux objectifs peu importait les obstacles il les franchirait un à un comme il l'avait toujours fait. Et ce n'était pas une simple tirade qui allait l'arrêter, il en faudrait bien plus que cela. La pièce était très grand sans doute aux alentours de 60 mètres carré, à sa droite se trouvait un râtelier d'arme où de nombreux katanas étaient disposés, une vingtaine à vue de nez, le parquet impeccable et brillant comme un sous neuf devait être extrêmement entretenu. Rien ne semblait indiquer, à première vue, excepté le râtelier d'arme qu'il puisse s'agir d'une salle d'entraînement ou de test et pourtant, au centre de la pièce se tenait exactement le même homme, celui qui l'avait sauvé de sa destruction pur et simple. Ce dernier sourit et indiqua les katanas mais les mots qu'il utilisa ensuite firent un choc à Sagara.


- " Choisis ton partenaire."

- " Mon partenaire ? Mais ce ne sont que...."

Sagara s'arrêta de lui-même, il devait oublier les réalités du monde des vivants ces dernières n'étaient plus à prendre en compte ou du moins pas toute et si le shinigami disait partenaire c'est qu'il y avait une raison. Ces katanas auraient-ils chacun leur propre volonté et personnalité ? Cela pouvait paraître absurde et pourtant. Sagara s'avança vers les sabres japonais les observa et les divisa rapidement en plusieurs portions : Certains avaient un manche en acier, d'autre en bois, ensuite les gardes variaient de l'ovale plein et parfait aux formes les plus absurdes qui soient, il y avait même pour certains de légère variation dans l'équilibre de la lame. Cependant s'il pouvait choisir l'esthétique il devait se concentrer sur l'efficacité ainsi que comprendre les paroles du dieu de la mort...Était-ce une énigme voilée ou devait-il le prendre au pied de la lettre ? Il se rappela une nouvelle fois que ses connaissances n'étaient rien aussi décida-t-il de le prendre au mot. Sagara prit en main tout les katanas, les uns après les autres, mais tous semblaient lourd, impossible à manier et parfois il entendait même dans sa tête des mots tel que : " Lâche moi" ou encore " incompatible". Tous les katanas avaient eu le même genre de réactions et il les avait laissé tranquille et reposé à leur place respective, Sagara se retourna vers le dieu de la mort.


- " C'est comme s'ils refusent tous de me laisser les manier."

- " C'est exact mais pourtant, il y en a au moins un que tu peux manier."

Consterné, Sagara observa de nouveau le râtelier avant de regarder dans le vague mais, lorsque son regard se posa sur l'un d'eux il eut comme un choc électrique. Ce katana n'avait pas été hostile du tout, le mot utilisé avait été : " Inattendu". Sagara avait mal interprété, il s'agissait en fait d'un soupir d'espoir bref venant de l'arme. Lorsqu'il la prit dans ses mains, elle était lourde à n'en pas douter mais elle ne semblait pas tendre au déséquilibre, c'était le meilleur choix possible. Un point important sauta aux yeux de Sagara, il venait de réfléchir à propos des katanas comme s'il s'agissait d'entité vivante, d'un être à pars entière. Une fois ce déclic réalisé, l'arme reprit ses caractéristiques de base, le poids n'était plus si intense et, lorsqu'il le leva aisément , le shinigami sourit et dégaina.


- " Tu as 20 minutes pour me toucher ne serais-ce qu'une fois."

Message court mais qui avait le mérite d'être clair. Contrairement à beaucoup de débutant qui se serait sans doute jeté droit dans la gueule du loup sans réfléchir, Sagara, lui, essaya divers attaque dans le vide afin de voir comment il s'en sortait aussi bien dans le domaine de l'équilibre que la maîtrise de l'arme. Il était...horriblement ballot, comme tous les débutants en fait. Malheureusement avoir un cerveau ne lui permettrait pas de l'emporter, il n'y a avait absolument rien à exploiter et il ne connaissait rien à l'art de se battre, il devrait donc faire confiance à son intuition habituelle pour guider ses pas bien qu'il déteste devoir se reposer dessus.

Sagara avança légèrement la jambe gauche et tendis sa jambe droite derrière lui au maximum, ne se servant que de la pointe du pied pour maintenir l'équilibre, la pose ne fut complète que lorsque Sagara rapprocha ses deux mains de son visage, katana pointé en avant et lame vers l'extérieure. Tout le monde aurait sans doute tenter une attaque de taille, coup consistant à utiliser le tranchant et aisé à parer mais Sagara savait qu'un type d'attaque était bien plus difficile à contre, les estocs, attaque consistant à utiliser la pointe de la lame pour l'enfoncer. Sagara chargea son adversaire qui ne broncha même pas et, une fois arrivé à portée Sagara tenta son estoc mais, au même instant le shinigami avait lui aussi lancé son attaque sans chercher à esquiver...L'échange ne se passa cependant pas en suivant toute logique. Le shinigami dévia la lame de Sagara de sa main libre et frappa du plat dans les cotes du jeune imprudent qui s'en alla rouler 5 mètres plus loin. Si le coup avait été rude, il avait aussi coupé toute connexion entre la réflexion et les agissements de Sagara, dorénavant ce serait le corps et l'instinct qui agirait, rien de plus ni de moins.

Sagara , en état de transe, chargea sans autre forme de procès et dans un désordre qui n'augurait pourtant rien d'efficace. Dans le même temps et à contrario de toute attente, des volutes d'une couleur dorée commençait à se dégager de Sagara, ses mouvements devenaient plus vif, plus précis mais, malgré qu'il ne cesse de s'améliorer de seconde en seconde, il n'atteignait toujours pas son adversaire qui le repoussait chaque fois avec une violence décuplée. Jusqu'au moment où le shinigami d'un ton neutre et désolé s'exprima.

- " Il ne te reste qu'une seule et mince minute."

A ces mots la transe de Sagara se stoppa tout net, l'aura n'en resta pas moins la, maintenant elle enveloppait tout son corps d'un manteau d'énergie. Il sentait maintenant l'énergie couler à flot à travers son corps, l'épée ne pesait plus et il savait qu'il pouvait l'atteindre, le battre en combat singulier certes non mais au moins l'atteindre. Pour cela il allait devoir mettre toute son existence en jeu, allait-il pouvoir supporter d'échouer encore une fois ? Peut-être que non mais il pourrait s'en remettre et revenir plus tard...Cependant il ne pourrait plus jamais se regardé en face s'il venait à s'enfuir comme un chien avec la queue entre les jambes. Non, il devait essayer aujourd'hui ou se retirer à jamais comme un retraité avant l'âge.

Instinctivement Sagara concentra toute son énergie dans ses jambes et sa lame. Le temps sembla s'arrêter alors que Sagara chargeait droit vers son destin. S'était-il à nouveau tromper ? Aurait-il du attendre avant de venir ? L'heure n'était plus au doute, les dés étaient jetés. Sagara attrapa de sa main libre le sabre de son adversaire, se blessant du même coup, et lança son estoc droit sur la cuisse droite, le tranchant vers la droite, la lame fut déviée par la main du shinigami qui n'avait pas prévu que la cible réelle était sa cuisse gauche. Le coup fit mouche et un fin filet de sang coula, signe de la fin des hostilités et de la réussite de Sagara. Ce dernier sourit au dieu de la mort. Tous deux rengainèrent, satisfait l'un comme l'autre du duel qui venait de se passer.

- " Je crois que j'ai passé le test."

- " Suis-moi, d'autres formalités t'attendent."

Ainsi Sagara, guidé par Ansem, pénétra dans le cœur de l'académie, tout y était organisé comme dans n'importe quel université, tout les élèves n'avaient qu'un professeur par matière, seuls les meilleurs et les pires voyaient leur nom s'inscrire dans l'esprit de l'instructeur, pour leur bonheur ou malheur selon les cas. Tout en marchant, Ansem lui expliquait qu'il pouvait décider d'assister ou non au cours tant que ceux-ci étaient théoriques, les pratiques étaient obligatoires. Les matière enseignée étaient le Zanjutsu, art du maniement du sabre, L’Hakuda, enseignement afin d'user de son corps comme d'une arme, et le Kido ou l'art des démons est lui-même divisé en deux catégorie le hado, la magie de destruction, et le Bakudo, la magie des entraves et autres paralisie. Un peu plus tard, Sagara reçut la tenue des étudiants à l'académie, un kimono blanc immaculé avec quelques lignes bleues pour afficher qu'il s'agit bien d'un homme, les filles, quant à elle, ont les lignes de couleurs rouge.

Le lendemain, Sagara se rendit au cours théorique du matin. Tout le monde était assis par terre dans la cours intérieure en cercle tous autour de l'instructeur de Zanjutsu en pleine démonstration. Il était devant un bloc de béton armé et s'apprêtait à le couper en deux d'un seul coup, il expliqua qu'il fallait concentrer son Reatsu dans la lame afin de la rendre plus tranchante, plus résistante, en un mot : plus efficace. Il exécuta son geste si vite que Sagara ne vit que le résultat, le bloc de béton tout d'abord ne cilla même pas mais juste l'instant d'après, le morceau supérieure glissa sur l'inférieure avant d'aller s'écraser sur le sol. L'instructeur souleva ce dernier comme s'il s'agissait d'une plume et répara le bloc d'un tour de main.


- " Vous essayerez chacun à votre tour."

Tout le monde se mit en fille et tous les jeunes hommes se poussaient pour briller devant les filles, seul Sagara se tenait à l'écart, s'exerçant avant de tenter quoique ce soit. Il se forçait à faire ressortir cette énergie qu'il avait senti si présente lors de son épreuve mais rien n'y faisait. Alors que tous les hurluberlus jouaient aux grand dieux en échouant les uns après les autres devant l'hilarité générale, Sagara cherchait à comprendre comment user de cette énergie. Bientôt, de nombreuses personnes l'observaient et riaient, jusqu'à ce qu'ils sentent un courant d'air violent et bref. Sagara l'avait sentie, cette énergie n'est qu'une partie de lui-même, mais il n'arrivait toujours pas à s'en servir, c'était comme s'il lui manquait quelque chose. Trop concentré pour s'en rendre compte, l'instructeur lui-même était étonné qu'une si nouvelle recrue ait déjà presque réussi l'exercice, en temps normal, cela prenait des semaines voir des mois pour ceux que la nature avait le moins gâté. Néanmoins, à pars le fait que toutes les filles avaient le regard rivé sur Sagara, rien de bien important ne se produisit par la suite.

Le cours suivant sur la Kido ne fut pas non plus de tous repos, l'instructrice n'était autre que la jeune shinigami qui avait parlé à Sagara comme à un être inférieure. Ce féminisme plus qu'avoué était mis en avant sans cesse dans ses remarques, mais là, Sagara n'avait pas les compétences pour lui rabattre le caquet. Elle expliqua donc la division du Kido en deux écoles de maîtrise : le Hado, la destruction, et le Bakudo, l'entrave, la paralysie. Considérant que les sorts de Hado étaient les plus simples, elle fit une démonstration de Byakurai sans incantation sur une des cibles qui vola en éclat. De nouveau, le même manège, personne ne produisit un seul byakurai convaincant..Personne ? Non, une jeune fille réalisa un byakurai à peu près potable, acte applaudit par l'instructrice suivit par des remarques sur les hommes...remarques qu'elle dut stopper lorsque ce fut Sagara qui sauva l'honneur en réalisant un byakurai à l'étonnement général au prix d'un effort surhumain.

Et pour finir l'Hakuda, sans doute la discipline la plus difficile à maîtriser car combinant art du démon et maîtrise du combat, elle nécessite une pratique régulière même pour les grands maîtres mais est aussi la discipline ayant les sommets les plus élevés. Ce cours était un combiné d'apprentissage de maîtrise du réatsu et de technique de combat, il était donné par...Ansem ! Sagara fut placé par tous les autres garçons en première ligne pour le test, les uns parce qu'ils voulaient voir comment s'y prendre, les autres parce qu'ils voulaient le voir échouer. Mais quel qu'étaient leur raison, pour le moment il voulait, non il DEVAIT tout réussir et sans exception. Ce mouvement de foule n'avait guère échappé à l'esprit vif d'Ansem qui commença ses explications normalement. Pour utiliser l'Hakuda, un entraînement du corps et de l'esprit était impératif, car cela sollicité grandement les muscles mais usent énormément de Réatsu. Ceci dis, une bonne maîtrise permet de diminuer aussi bien la tension dans les muscles que la consommation en réatsu. Cette discipline convenait parfaitement à l'esprit de Sagara qui ne tarda pas à réaliser son premier "Sugoi no Kobushi", technique usant de réatsu afin de matérialisé du feu autour de son poing. Bien sur, il y avait de nombreuses imperfection et un combattant aguerri n'y verrait aucun danger, mais le signe était là : Contre deux heures de concentration intensive pour les deux autres disciplines, cela n'avait pris qu'une demi-heure pour celle-ci soit quatre fois moins de temps.

Mais Sagara n'était pas satisfait de ses résultats, et les six heures d'entraînement quotidien était, selon lui, trop peu. Aussi doublait-il les durées d'entraînement, les byakurais scabreux avec incantation devinrent rapidement efficace avant de passer au stade sans incantation. La féministe devait l'admettre, cet homme efféminé était tout sauf pathétique et elle finit par presque l'apprécier tant et si bien qu'elle arracha le premier sourire de Sagara vis à vis d'une femme. Ansem avait compris les activités de son élève et le récompensait en lui dispensant un cours particulier après s'être occupé de l'exercice du jour. Quant aux maîtres des lames, il restait pantois devant une évolution aussi rapide, le bloc de béton atteint en à peine une semaine ! Seul toshiro avait réussi cet exploit de par le passé. Le potentiel de la recrue ne faisait maintenant plus aucun doute, mais jusqu'où irait-il ? Se contenterait-il de devenir shinigami puis stopperait ses efforts ? Tous les instructeurs espéraient que non. Il ne tarda d'ailleurs pas non plus à être affecté à une division, la neuvième.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyama Sagara
Newbies
Qui attend d'être validé

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)   Dim 4 Oct - 14:00

[Chapître 4 : Le réveil]


Sagara, comme tous les shinigamis, commença en bas de l'échelle. Le capitaine Kaname Tousen s'étant révélé être un traître, Il recevait les ordres de la pars du lieutenant qui, incapable de passer au rang de capitaine, devait se cantonner à assurer l'intérim jusqu'à ce qu'un nouveau capitaine soit nommé. Les missions de bases furent cependant très aisée et consistaient à aider les autres divisions tel que la treizième dans des interventions plus ou moins importante.

Cependant l'un des points les plus important à propos de la division est son symbole et toute les significations qui en découlent, ce dernier est le Lotus, symbole de la méditation Bouddhique. En d'autres termes les valeurs de la division sont : Discernement, respect, paix, ordre, vérité, sacrifice, humilité et, certainement la plus importante, la Justice, autant de valeurs auxquels correspond Sagara sauf peut-être l'humilité selon lui, preuve justement de cette qualité fort rare. Sagara ne reconnaîtra jamais respecter le crédo de sa division à la perfection et cherchera toujours à se remettre en question. Pour lui personne ne possède la vérité absolue et même le plus bête des abrutis en possèdent une partie, aussi infime soit-elle, et c'est en cherchant toutes les pièces du puzzle partout que l'on peut tendre vers cette vérité valable pour tous les êtres.

Sagara n'exécute pas les ordres parce qu'on lui ordonne mais parce qu'il les accepte, il est donc bien loin du petit soldat répondant "oui" à chaque ordre ou remarque. Il aurait d'ailleurs refusé ouvertement de poursuivre un ryoka qui se serait introduit dans le Seïreitei, sachant que s'il y arrivait, ce dernier serait exécuteéet avait exposé ses raisons. Qu'est-ce qui pouvait pousser un humain à aller si loin ? Quel était son but ? Savait-il quelque chose que nous ignorions, une zone d'ombre dont nous n'aurions même pas conscience ? Le lieutenant bien que d'accord avec le raisonnement espérait pouvoir plaider efficacement dans ce sens une fois la capture effectuée et dut démettre Sagara de ses fonctions et le mit aux arrêts au lieu de le traîner devant la cours martiale.

Par la suite les doutes de Sagara s'avérèrent exacte et il fut libérer avec toutes les excuses qui s'imposaient. Il y avait complot dans l'une des familles nobles, il avait senti la tempête à travers le calme mais personne ne l'avait écouté et la situation avait failli tourner au drame. En fait, personne ne savait comment les choses allaient se dérouler désormais mais l'esprit de Sagara fonctionnait à cent à l'heure, pensant à toutes les possibilités de scénarios, il alla jusqu'à conseiller son lieutenant dans les tactiques avec une précision et une efficacité inouïe. Alors que la bataille dans la cours aurait du faire des morts ils n'eurent que des blessés et réussirent à ne pas avoir à abattre les porteurs de bakkotos à brisant ces armes interdites, libérant leur utilisateur de l'emprise exercée sur leur esprit respectif.

Sans s'en rendre compte, Sagara ne cessait de s'imposer en leader, évitant les pertes, les assaut inutiles et intervenant directement pour sauver la mise à ses compatriotes. S'il n'était pas le chef officiel et n'avait pas l'ancienneté du lieutenant, il avait rapidement obtenu le respect de ses pairs, il ne cherchait pas à briller, non...Son objectif était d'éclaircir cette affaire en minimisant au maximum tous les dommages collatéraux dans les deux camps et de prouver que sans nécessairement avoir recours aux extrême l'on pouvait obtenir de grand résultat et même meilleur. La philosophie de Sagara transpirait à travers tous les pores de sa peau, la volonté de ne tuer qu'en cas d'extrême nécessité, de ne pas obéir aux lois pour y obéir mais bien pour former un bon ordonné ou tout le monde s'y retrouve tout en étant capable de se révolter contre les injustices, Sagara faisait parti de ces hommes presque parfait mais...Ne dit-on pas que les esprits les plus brillant ont aussi les démons les plus persuasifs ?

Et le problème se posa, d'abord le changement fut subtil, ses tactiques étaient de plus en plus téméraires, et des morts parmi les gardes de la famille noble commencèrent à s'annoncer, le ton employé passa d'humble à fier et sa démarche habituel changea progressivement à un mouvement vif pour ne pas dire démoniaque. Sagara semblait se complaire dans cette bataille et finit par devenir incontrôlable, tuant chaque ennemis mais blessant également quiconque le gênait. Son art de combattre atteignit durant cette courte période des sommets, fauchant, brisant, dépeçant, parant, esquivant, il faisait tout en même temps à ces pauvres fantassins qui, n'ayant ni le potentiel ni l'entraînement de Sagara, tombaiet comme des mouches face à un insecticides vaporisé par une armée d'avions.

Heureusement pour tout le monde cette situation extrême ne dura que quelque instant, la fièvre de la bataille et son adrénaline descendirent rapidement et tout le monde sut quand Sagara était redevenu celui que tous connaissait. En guise de pénitence il ne donna plus le moindre conseil et se contenta d'obéir aux ordres. Lorsque la bataille fut finie, le lieutenant l'interpella et, devant toute la division, fit ses éloges de tacticiens et de combattant avant d'en venir au sinistre passage bien que court. Sagara s'était montré imprudent et contraire à tous les crédos de la division, le combat lui était monté à la tête, alors que tous le voyait bien aider le lieutenant ce dernier refusa à cause de cela. Sagara admit qu'il n'avait plus été lui-même et que ce phénomène s'était déjà produit une fois, lors de son examen d'entrée à l'académie.

Le problème fut clos sur cette note décevante pour tous, Sagara avait admis ne pas toujours être maître de lui-même et, tant qu'il n'y arriverait pas il n'aurait d'autre choix que d'éviter les batailles directes pour respecter son propre crédo et par égard pour sa division. Le génie Sagara qui apprenait et maîtrisait tout à une vitesse plus défiant l'imagination était incapable de rester lui-même dans les situations extrêmes, l'esprit de guerrier prenait le dessus guidant tous ses faits et gestes. Pour tenter d'améliorer son contrôle de soi, Il pratiqua, Yoga, judo, Aïkido en bref tous les arts qui pouvaient l'aider à se maîtriser. Celui qu'il apprécia le plus fut le Yoga et se concentra donc essentiellement dessus, pratiquant respiration complète et contrôlée, pose du diamant ou de l'arbre avec les yeux ouverts comme fermés.

Les années passèrent et Sagara ne s'estimait toujours pas prêt, maintenant lui-même sa pénitence, ne s'estimant pas prêt à se contrôler, mais ce fut le lieutenant qui mit un terme à cela et l'envoya sur terre s'occuper de hollows plus puissants les uns que les autres, mais aucun ne parvenait à mettre l'existence de Sagara en danger. Et il se considérait toujours comme un danger publique, c'est alors que son supérieure eu l'idée de demander à Zaraki de pousser Sagara dans ses derniers retranchement sans le tuer bien entendu. Bien que peu enchanté par l'idée du fait que le combat ne serait pas à mort, il accepta car n'ayant rien à faire d'autre. En quelques instants le problème fut réglé : Sagara serait officiellement envoyé contré un Adjuchas mais rencontrerait Zaraki, plus qu'un dangereux adversaire, il pouvait être qualifié de diabolique tant il aime le combat et le sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyama Sagara
Newbies
Qui attend d'être validé

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)   Dim 4 Oct - 14:10

Description de l'arme ou du pouvoir :

Le katana de Sagara se nomme Arashiyouso qui signifie tempête élémentaire. Ce zanpakutou de type Kido et au caractère bien trempé est féminin. L'on comprend donc le style mi-homme mi-femme de Sagara qui a été influencé par son zanpakutou, bien qu'il ne se serait pas laissé influencé si cela aurait été dénué d'intérêt.

Quant à la description du Zanpakutou non libéré, il s'agit d'un katana banal correspondant à tous les étalons de ces armes. Parfaitement équilibrée cette lame de très belle facture reste extrêmement mortelle même si elle n'est pas libérée.

Lorsque la tempête déferle, elle change en de multiples point. La lame devient d'un noir de jais tout comme la poignée, le pommeau au départ ovale devient une étoile pleine et dorée à quatre branche, quant au pommeau sa couleur vire à l'argenté alors qu'un fin ruban de soie blanche, long d'environ 20 centimètre se déploie depuis ce même pommeau. Plus important encore, la lame crépite d'arc électrique en permanence.

Technique venant du Shikai : Si de nombreux shikai donnent à leur utilisateur souvent deux à trois techniques différente, Arashiyouso n'en possède qu'un à priori mais pouvant être utilisé de multiple façon.

Cette dernière consiste à créer 4 sphères électriques pouvant être commandée séparément et des façons suivantes :

Comme projectiles, très rapide mais ayant peu de puissance cela ne permet souvent qu'un enchaînement.

La deuxième est d'électrifier une zone à l'intérieure d'une pyramide dont les sommet se trouvent être les sphères. tout ce qui se trouve à l'intérieure est systématiquement atteint, même une protection sphérique sans angle mort n'est pas parfaite et laisse donc passé une partie de l'attaque. Bien entendu plus la zone prise en compte est grand moins cette façon de faire est puissant mais la réciproque est véritable aussi, si juste la tête d'un opposant est prise en compte, il y a de forte de chance pour qu'il s'évanouisse car il aura subit une décharge électrique au niveau du cerveau, perturbant ainsi tout le système nerveux.

La troisième est une défense sans angle mort, les quatre petite sphère fusionne avant de s'étendre comme un globe autour de Sagara. Percé le bouclier par la force brute résultera souvent d'une auto mutilation, utilisé une épée pourra provoqué un saut électrique depuis le bouclier sur l'arme pour arriver sur l'utilisateur dans le cas d'une arme conductrice. Les personnes portant des tenues entièrement non conductrice sont pour ainsi dire immunisée mais il faut y penser et ce n'est pas le cas de tous le monde.

Bankai : Le Bankai du Zanpakuto se fait dans la plus grande discrétion, pas le moindre bruit, de vent ou n'importe quoi d'autre...Même au niveau de Réatsu c'est le silence radio. tout porte à croire qu'il s'agit d'une technique basique et pourtant.

Ce dernier est basé sur la condensation du réatsu dans tout le corps afin de multiplier par 10 la vitesse de réflexion, d'analyse ainsi que de réaction. Ainsi, en considérant qu'un humain normal fait un choix en environ 1s, un shinigami de par son réatsu diminue déjà ce temps de réaction à 0.7s voir mieux. Ainsi le personnage a un temps de réaction instinctive de l'ordre du centième de seconde, il devient alors impossible de prendre de cours le personnage.(cette vitesse dépasse largement le shunpô ou la rapidité d'Ichigo en bankai + masque). Et à cette incroyable performance vient s'ajouter un dédoublement du shikai mais de taille réduite, Sagara se bat donc avec un shikai de type katana et un de type Wakizashi....en bankai le personnage dépasse la vitesse du shunpô comme du sonido.


Comment avez-vous connu le forum?: Par le top de Soul Society la première fois puis ben..."CLIQUEZ ICI"

Grade désiré(division/etc): Étant donné le manque cruel de staff je reprends mes fonctions de Taisho pour réactiver tout cela.


Cette fiche est la mienne, je l'ai récupérée dans les présentations validées de l'ancien forum. Si cela n'est pas convaincant je me connecterai via mon émail privée pour parler directement à Yaya et matsumoto afin de confirmer que c'est bel et bien moi. (ils avaient mon email lorsque j'étais encore TRES actifs). Je vais remanier l'ancien test rp pour éviter l'apparition du bankai et donc changer l'issue du combat du test.A moins que l'état du bankai qu'avait mon perso soit acceptée ce qui m'étonnerait beaucoup.


Dernière édition par Oyama Sagara le Lun 5 Oct - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyama Sagara
Newbies
Qui attend d'être validé

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)   Dim 4 Oct - 14:10

Oyama le retour. Pour servir ou vous pourrir la vie, au choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oyama Sagara (The return ? et ouais hein Yaya ?)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour au pays natal (The return of the native)
» [Echotrooper] Return Good for Evil
» goldberg return
» [Film VI] The Lord of the Rings: The Return of the King
» Ben ouais, je suis là aussi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach :: ~Premiers pas~ :: ~Inscriptions~ :: Inscription shinigamis/lieutenants/capitaines-
Sauter vers: